vendredi 5 février 2010

Michèle Bernier "Et pas une ride"


Théâtre de la Renaissance
19, rue René Boulanger
75010 Paris
Tel : 01 42 02 47 35
Métro : Strasbourg Saint-Denis

One-woman show écrit par Michèle Bernier et Marie-Pascale Osterrieth
Mis en scène par Marie-Pascale Osterrieth

Ma note : 7,5/10

L’argument : Après la trentaine épanouie, la quarantaine toujours aussi épanouie, voici la cinquantaine que l’on aimerait épanouie. Michèle Bernier est de retour avec la ferme intention de mettre une claque au temps qui passe et à tous ceux qui nous le rappellent…

Mon avis : Le Démon de Midi a remisé au placard, dans la naphtaline, ses cornes pointues et sa queue fourchue. A l’horloge biologique de Michèle Bernier, la petite aiguille affiche allégrement le 50. Enfin, quand on dit « allégrement », ce n’est pas le cas de tout le monde. Elle n’aime pas du tout ce chiffre, la Michèle. Mais alors, pas du tout. 50, c’est peut-être la vitesse maximum en ville, mais c’est pour elle le début de la décélération, le moment où l’on joue désespérément du frein moteur en abordant les premiers lacets de la pente descendante… Alors, maso pour maso, Michèle Bernier se projette déjà à la maison de retraite en un film d’anticipation dans lequel elle se vêt des atours d’une madame Doubtfire ; chevelure grise argentée et chien de compagnie… Mais cette image est trop affreuse, trop insupportable et elle bat rapidement… en retraite, balançant sa panoplie aux orties pour nous apparaître en ce qu’elle est véritablement aujourd’hui, une quinqua que l’âge et le temps qui passe horripilent. « je ne veux pas être vieille ! » clame-t-elle, complètement désemparée. Et la voici en train d’énumérer tous les méfaits causés par l’irréparable outrage (redoutable litote dont l’évident constat nous fait avoir une dent contre Racine). Haro sur la dictature de la jeunesse ! Et pourquoi pas succomber à la tentation de la chirurgie esthétique ?
Michèle Bernier va jusqu’à évoquer la mort et les obsèques qui vont avec. Elle va même jusqu’à préconiser l’enterrement… bio.
50 balais, c’est le nettoyage d’automne (il n’est hélas plus question de printemps). C’est le moment de faire le point. Après avoir lorgné du côté d’un futur peu jouissif, elle décide de regarder dans le rétroviseur et de revisiter les cinquante années écoulées. L’angoisse de vieillir fait place à la nostalgie et à la mélancolie.

Vous l’aurez compris, le spectacle de Michèle Bernier est scindé en deux parties. Dans la première, où elle est dominée par l’angoisse de – mal – vieillir, elle régit comme quelqu’un qui a peur, c’est-à-dire avec outrance et véhémence. C’est la Michèle Bernier débordante d’énergie et de tonus, qui prend des accents, des postures hilarantes, qui utilise des accessoires pour étayer ses raisonnements et ses exemples… Dans la seconde partie, c’est Mimi-la-tendresse qui reprend le dessus, qui feuillette son album de famille, des vacances dans la Meuse chez sa grand-mère au départ de son aînée du nid familial. Prise d’un grand élan de générosité, elle a envie de demander pardon à tout le monde, quitte à se flageller l’âme. Elle ne veut offrir que de l’amour… Cette deuxième partie est évidemment très autobiographique, autant drôle qu’émouvante. Elle lui donne du rythme grâce à l’utilisation de trois panneaux sur lesquels elle projette des images illustrant ses propos. Si on rit énormément dans la première partie, on se laisse plus aller à l’attendrissement dans la seconde. En fait, elle nous le fait à l’envers. La plupart du temps, ses collègues humoristes vont crescendo dans l’humour or, elle, elle va crescendo dans l’amour. Ce qui fait que lorsqu’elle arrive au terme de son show, on est en totale empathie avec elle. Et l’on repart avec le sourire du cœur.
Dans Et pas une ride, Michèle Bernier nous déplie tout l’éventail de son talent de comédienne. Elle sait tout faire, traduire tous les sentiments. Elle fait ce qu’elle veut avec sa voix, elle chante, elle danse. Un spectacle total. Avec deux grands pics de drôlerie : la mammographie et la basse-cour… Et maintenant, on se dit qu’il va encore falloir attendre dix ans pour découvrir dans quel état d’esprit elle va se trouver à l’heure de la soixantaine… Tiens-bon Michèle, on t’attend !

1 commentaire:

逛街 a dit…

愛,拆開來是心和受兩個字。用心去接受對方的一切,用心去愛對方的所有。.........................