mercredi 12 mars 2014

Jeff Panacloc perd le contrôle

Théâtre des Mathurins
36, rue des Mathurins
75008 Pari
Tel : 01 42 65 90 00
Métro : Havre-Caumartin / Madeleine / Saint-Lazare / Auber

Spectacle écrit et interprété par Jeff Panacloc
Mis en scène par Jarry

Présentation : Jeff Panacloc perd le contrôle sur Jean-Marc, un singe carburant à l’adrénaline…
Lequel des deux va(re)prendre le contrôle du spectacle ? A vous de le découvrir surtout quand Jeff devient Jean-Marc et vice-versa… Jeff parviendra-t-il à expliquer à un singe narcissico-mégalo qu’il n’est finalement qu’une peluche avec un bras dans le c…

Mon avis : On m’avait prévenu – mais j’avais un peu de mal à y croire – qu’au bout de quelques minutes, on oubliait que Jean-Marc était une peluche pour le considérer comme un personnage à part entière. Et bien, je confirme, l’effet est saisissant tant la bestiole est omniprésente et tant sa gestuelle et ses réactions sont réalistes.
Ça dépasse totalement la ventriloquie telle que je m’en souvenais. Ici, Jeff Panacloc nous offre un grand numéro de funambulisme sur une corde qui n’est pas que vocale, un véritable show de duettistes. On a beau fixer (du moins au début) notre attention sur les lèvres de Jeff, rien ne bouge et pourtant, il utilise toutes les tonalités qu’une voix peut exprimer (vociférations, murmures, soupirs, voix rauque, voix de tête…). En plus, ça va à toute vitesse. La performance est étourdissante. En outre, au-delà  de l’aspect purement technique de la prestation, on a droit à une vraie qualité de texte.


Jeff Panacloc a l’ingéniosité de s’effacer totalement derrière sa créature. Il se donne même le mauvais rôle car Jean-Marc ne cesse de se moquer de lui, de le mettre en boîte, de le déstabiliser. C’est un sacré énergumène le Jean-Marc. Déjà, le fait de porter un prénom masculin l’humanise. Ce n’est pas seulement une sorte de macaque sans-gêne, c’est un garnement effronté, un sale gosse qui ose tout. C’est simple, il n’a que des défauts : il est susceptible (donc boudeur), grossier, obsédé sexuel, iconoclaste, persifleur, mégalo… Cet orang-(dég)outan  n’a aucun scrupule. C’est peut-être le fait de devoir se montrer en public avec un bras dans l’arrière-train qui le rend comme ça… malotru !


Bref, Jeff Panacloc perd le contrôle est un spectacle aussi réjouissant que dévastateur. Jeff n’est pas qu’un étonnant ventriloque, il est aussi un excellent comédien et, surtout, un as de l’improvisation. Il faut voir comment il fait réagir Jean-Marc en fonction de certaines attitudes du public, une toux, un fou-rire, un gloussement à contre-courant, un vêtement voyant… Il ne fait pas toujours bon être au premier rang avec ce singe moqueur qui ne rate rien.
En fait, Jeff Panacloc s’en fout que Jean-Marc soit la star du spectacle car, le talent, c’est tout de même lui qui l’a…

Gilbert « Critikator » Jouin