mercredi 5 mars 2014

Yoann Fréget

Quelques heures avec moi

J’ai eu peur… Hou-la-la, j’ai eu même très peur !
Il m’a fallu attendre le cinquième titre du premier CD de Yoann Fréget pour commencer à prendre du plaisir.
Pourtant, la première chanson débute de manière fort sympathique et agréable et puis, soudain, il se met à sur-chanter, un peu comme des comédiens sur-jouent. Et encore, Quelques heures avec moi reste dans le domaine du supportable et son arrangement, bien léché, y contribue énormément… Les trois titres suivants appartiennent trop au registre de la performance pour les apprécier simplement.
Yoann veut trop prouver, tout et tout de suite. Alors, il passe en force, part dans des vocalises extrêmes au détriment du sens. Trop d’effets vocaux, parfois carrément maniérés, tuent les effets.
A trop vouloir être dans la performance, il anesthésie en nous une curiosité qui, pourtant, lui était a priori favorable eu égard à ses prestations dans The Voice.

En France, c’est bien connu, on a cette manie chronique de glisser dans nos chroniques des comparaisons, de mettre les gens dans des cases. Je n’échappe pas à la règle. J’ai trouvé dans l’univers musical de Yoann Fréget un véritable cousinage avec celui de Ben L’Oncle Soul. Mais là où ce dernier fait dans la légèreté, le vainqueur de The Voice 2 choisit de montrer les muscles de ses cordes vocales. La démonstration technique prime sur le fun, et c’est regrettable.


Heureusement, à partir de L’Equilibre, grâce à une interprétation « sur la corde sensible », les choses s’arrangent. S’en suit tout logiquement une prouesse d’« équilibriste » avec Les mots que l’on ne peut pas dire. Dans la foulée, mes oreilles enfin apaisées, j’ai apprécié le swing revigorant de Nos états unis.
Et puis arrive la chanson qui, pour moi, est le tube de cet album, le très gospellisant Ça vient de là-haut.
Quand Yoann joue délibérément dans le registre de la retenue, qu’il montre qu’il est capable d’une certaine sobriété comme dans Terre-Mère, Je donne et Un cœur de femme, on goûte réellement à ses chansons. Même si l’on déplore toujours quelques scories avec des montées spectaculaires dans la voix de tête ou avec l’emploi superflu et un peu systématique de virgules de scat.
Trois autres titres m’ont également bien plu : Couleurs Love, pour sa superbe ambiance et sa luminosité, C’est tout comme, pour l’orgue et le jeu avec les chœurs, et Vole pour sa belle mélancolie (hormis les vilains miaulements émis à l’approche de la fin).

Bref, dans l’ensemble, Quelques heures avec moi est un album honorable. Yoann Fréget a commis l’erreur du débutant en voulant trop bien faire et montrer dès son premier CD tout ce qu’il était capable d’exprimer avec son organe exceptionnel… Son talent est indéniable, mais je suis convaincu qu’il y gagnerait avec plus de simplicité. Il faut qu’il oublie la technique – il la possède - au profit de l’interprétation et de la sensibilité. Dès qu’il opte pour la douceur, il nous touche.

Enfin, on ne peut évoquer cet album sans en souligner la grande qualité de ses arrangements. Sur le plan musical, il est vraiment fignolé, discret, léger tout en préservant la tonicité festive du rhythm’n’blues et de la musique funk. Et les chœurs sont vraiment chouettes. Honnêtement, de ce côté-là, c’est une totale réussite et un régal à écouter (de préférence au casque pour en souligner toute la richesse et les subtilités).

9 commentaires:

Sergio K. a dit…

Personnellement, j'ai dis de ce CD qu'il m'a donné, à un moment donné, l'impression d'entendre chanter pour la première fois. Même si, j'ai la joie d'lcouter de grand artiste du chant solo, Nusrat Fateh Ali Khan, comme Pandit Jasraj ou Rashid Khan, ayant une attirance particulière pour ce style de musique. Bref. J'ai adoré et j'écoute régulièrement encore le CD de Yoann. Si vous pensez à travers les filtres de vos conditionnements personnels, que Yoann Fréget sur-chante, il m'apparait, à la lecture de votre billet que vous, de votre côté, vous sur-écrivez. C'est votre métier ; critiquer. Il faut bien que vous vous preniez au jeu. La beauté de la musique de Yoann Fréget touche l'âme. Vos écris, que touchent-ils ?

moni P a dit…

Comment pouvez vous dire qu'il surjoue, cet un grand artiste avec une voix exceptionnelle et n'oubliez pas : La maitrise lorsqu'il chante vis à vis de son handicap (le bégaiement) rien que pour cela le mérite est là. Son album est une petite merveille avec plusieurs horizons, chaque chansons a son message. Je ne m'en lasse pas.

Hélène D'Abreville a dit…

Vous parliez de scories ? Ne donnez pas de leçon svp... vous faites des coquilles. "C'est tout conne" Monsieur Jouin, s'écrit avec 2 M, Mais, sans doute une façon pour vous de vous moquer encore plus.

Anonyme a dit…

Bonjour, je ne suis pas vraiment d'accord avec tous vos propos : son premier album fait preuve d'une diversité incroyable : rhythm & blues, de l'émotion, du groovy/pop et même un reggae ! Je vous trouve assez sévère avec les 5 premiers titres de l'album et avec ce qu'on apprécie de l'artiste : ses performances vocales, la musicalité et la diversité de ses chansons. Peut-être est-il bon de souligner la rareté d’un Yoann Fréget dans le monde du gospel, de cet artiste qui chante en français --souffrant d'un handicap verbal de surcroit-- et qui ne se contente pas de simples reprises comme d’autres...).

YOANN FREGET est un Bel et Grand artiste aux multiples facettes : il sait toucher (musicalement et aussi avec son cœur d'Homme bienveillant) et il sait énergiser les foules en live (il faut le voir sur scène je pense pour comprendre !) et même au travers de ses titres les plus groovy (ce même après d'innombrables écoutes...).

Attendre le 5è titre pour apprécier l'album...? Euh...La chanson éponyme Quelques heures avec moi (titre 1) est pourtant une de mes préférées pour l'alchimie que l'on retrouve dans plusieurs de ses titres : chœurs gospel, rythmique appropriée, instruments et arrangements très bien dosés et surtout sa voix en or qui complète merveilleusement les orchestrations. Et c'est tout coMMe, Bienvenue dans ma maison (titre 3) qui n'échappe pas à cette alchimie et est également un titre qui marque avec son rythme entrainant et sa musicalité.

Après, je suis d'accord avec vous sur ce que vous avez écrit sur l’ambiance de Couleurs Love, le superbe titre Ca vient de là-haut et le funky de Nos Etats-Unis (comme l’a souligné Manu Katché) ainsi que la sobriété de Terre-Mère, Je Donne et Cœur de femme.

En revanche, les 'miaulements' (un peu péjoratif je trouve !) dont vous faites état s'appellent toutefois des 'whistles' et ce sont des notes que très T-R-E-S peu de personnes arrivent à réaliser et qui sortent de la bouche de Yoann, toujours justes et maitrisées ;) En tout cas, ça plait et c'est assez rare qu'une musique touche autant de monde... Je regrette que vous soyez passé à côté de certains titres.

Oui Yoann en fait beaucoup, mais je ne trouve pas qu'il ait fait l'erreur du débutant justement et au contraire, il a raison de démontrer et partager spontanément son art, qui lui vient du coeur. Par ailleurs, vous savez également que conserver la notoriété immédiate acquise au cours d'un télécrochet est assez compliqué... alors personnellement, je trouve qu'il a entièrement raison de montrer TOUTES les fabuleuses cordes de son arc vocal ;)

RaFlash Le Suricate

Anonyme a dit…

Bel album! votre article m'a donné envie d'aller l'acheter pour l'écouter.
Ce que j'ai fais séance tenante et je suis sous le charme de cet artiste de talent.
Je vais m'empresser d'aller le voir en concert .

Anonyme a dit…

entièrement d'accord avec tout ce que vous écrivez monsieur le suricate

Wiviane a dit…

J’ai lu attentivement votre critique et j’essaye toujours d’analyser avec un temps de recul toutes les informations qui proviennent d’interlocuteurs crédibles et éclairés, ce qui est bien sûr votre cas. Il me semble correcte de redéfinir le but de l’ écoute de la musique. Les notes que nous percevons , nous les colorons ensuite avec nos émotions, notre sensibilité, le fruit de notre expérience, de notre cœur, de notre humanité.
Bref, une musique nous plaît parce qu’elle nous touche ou nous laisse indifférent parce que elle ne stimule rien en nous ! La musique est un art qui demande de la maîtrise et une certaine ingéniosité pour trouver de nouvelles harmonies génératrices de plaisir, ivresse, larmes ou frissons.
Là où vous trouvez du cousinage, je ne capte des sons plaisants, là où vous trouvez démonstration technique, je n’y vois que maestria ! Yoann Freget est pour moi, comme pour beaucoup d’autres personnes « une perle ». C’est désolant que le seul sentiment que vous mentionnez dans votre article soit la peur ! Pauvre monsieur Critique à tort !Il me semble qu’en matière d’art, vos jugements sont quelque peu étriqués, rigides ou intolérants . Vous devriez peut être avoir un avis plus éclectique, osez donc sortir de vos étiquettes, de vos classements dans des tiroirs, de vos grilles trop scolaires ; partez à la découverte de l’osmose avec les chanteurs, respirez, laissez-vous aller à vos ressentis et …vous n’aurez plus peur !

Akram a dit…

L'album de Yoann Fréget est juste magnifique, plein d'émotion différente en l’écoutant, de la joie, du bonheur, de l’émotion pur,pour résumé un vrai bijoux qui apporte beaucoup et nous fait se sentir bien en l'écoutant, et tout ce qu' a dit mon Suricate est vrai, je le suis à 400%

francoise bestenti a dit…

Je pense que vous devriez tout au long de votre "billet" parler à la 1ère personne, chose que vous ne faites pas! Nous n'avons pas tous le même ressenti; Yoann Freget est je crois (je ne le connais pas personnellement) une personne atypique et vos critiques stéréotypées ne lui correspondent pas. Chaque vrai artiste essaie de transmettre ce qu'il ressent, lui le fait de cette manière, ça plaît ou non mais vous n'avez pas le droit de dire qu'il en fait trop! Peut-être vous êtes-vous essayés à la musique, la chanson ou la peinture? Lui n'est pas tombé dans la facilité comme la plupart. Maintenant la crique quand elle est bien faite a toujours motivé l'artiste!